GOOGLE AFFIRME QUE LE FONDS DES ÉDITEURS FRANÇAIS DE 80 MILLIONS DE DOLLARS NE SERA PAS RÉPLIQUÉ AILLEURS EN EUROPE - TECHCRUNCH - FONCTIONNALITÉS - 2019

Anonim

Google ne cherche pas actuellement à créer des fonds pour soutenir les éditeurs numériques hors de France. Les commentaires de Google font suite aux appels lancés la semaine dernière par Francisco Pinto Balsemao, directeur du Conseil des éditeurs européens, pour que Mountain View paye les sociétés de médias à travers l'Europe pour l'affichage de leur contenu.

Google lutte contre les éditeurs dans les salles d'audience européennes depuis plusieurs années, des éditeurs en Belgique et en France lui intentent des poursuites pour avoir affiché et agrégé des extraits de contenu dans les résultats de recherche et sur des services tels que son agrégateur Google Actualités.

Plus tôt ce mois-ci, Google a annoncé un fonds de 60 millions d'euros (80, 5 millions de dollars) pour soutenir les initiatives numériques des éditeurs français - en même temps qu'il annonçait un différend local sur le droit d'auteur. Cependant, la société a maintenant confirmé qu'elle ne cherche pas à reproduire ce modèle de soutien aux fonds d'innovation numérique ailleurs en Europe.

Interrogé sur sa volonté de créer des fonds d'innovation numérique pour les éditeurs d'autres pays européens, un porte-parole de l'entreprise a déclaré à TechCrunch: "Nous sommes toujours heureux de discuter avec les éditeurs d'idées supplémentaires pour générer du trafic, de l'engagement et de la monétisation. cherche actuellement à créer un fonds hors de France. "

Google a réglé un différend avec les éditeurs belges en décembre en acceptant de collaborer avec eux et de contribuer à la promotion de leurs services et de leur contenu. Un cas similaire a été réglé en France lorsque Google a annoncé le fonds de 60 millions d'euros - bien qu'il n'ait pas lié directement la création du fonds à l'affaire du droit d'auteur local. En plus du fonds Google a déclaré qu'il "approfondirait (son) partenariat avec les éditeurs français pour aider à augmenter leurs revenus en ligne en utilisant notre technologie publicitaire" - une offre similaire à son règlement belge.

Google ne commenterait pas ce qui différencie le marché français des autres marchés européens, mais dans son blog annonçant la création du fonds, il a déclaré qu'il "s'appuie sur les engagements que nous avons pris en 2011 pour accroître notre investissement en France" - soulignant le Projet d'institut, construit à partir de son bureau de Paris, comme un autre exemple de ses investissements dans le pays.

En Allemagne, des projets de loi sont actuellement adoptés par le Parlement qui, s'ils sont adoptés, étendraient la loi sur les droits d'auteur aux extraits de texte des éditeurs et obligeraient les moteurs de recherche et les agrégateurs en ligne à payer une redevance pour les licencier. Google fait pression sur l'extension, la qualifiant de "mauvaise loi" et faisant valoir qu'elle enfreindrait le "principe fondateur" de l'architecture basée sur les hyperliens du Web.